Interview Mon's livre "Les éditions du Basson" 

Bonjour. Les Editions du Basson sont une maison d’édition située à Charleroi (Belgique). Vous avez trois axes éditoriaux : le roman, le décalé et le pays de Charleroi. L'un de ses trois axes se détache-t-il face à la demande des lecteurs ? Et, subsidiairement, sont-ils destinés et/ou rencontrent-ils le même lectorat ?

Chaque axe a ses lecteurs et les lecteurs carolos qui aiment rire sont intéressés par les trois ! Maintenant, je pense que tous le monde peut être intéressé par plein de livres différents. Le fait de lire induit déjà une ouverture d'esprit qui pousse à s'intéresser à beaucoup de choses. 


Les Editions du Basson participent aux salons du livre, organisent des séances de dédicaces pour leurs auteurs, ainsi qu'un concours annuel de nouvelles dont elles éditent une sélection. Toute cette activité présuppose une logistique importante. De combien de personnes se compose votre équipe ?

Nous sommes deux, Joëlle Fensie et moi. Bien sûr, nous avons un comité de lecture pour nous donner un avis sur certains manuscrits. Bien sûr, certains auteurs s'investissent en participant notamment à des débats et autres causeries sur ou autour de leurs ouvrages. Bien sûr, lorsque nous organisons "Le Festival du Livre de Charleroi" ou la soirée "les Sorties de la Rentrée" de nombreux bénévoles viennent nous épauler. 


En 2017, et de concert avec Cactus Inébranlable Editions, vous avez créé « Même pas peur », un journal satirique belge indépendant que l'on peut découvrir en ligne. Plusieurs numéros ont parus ainsi que trois livres « Même pas peur ». Si l’on se réfère au site, l'activité du journal semble avoir cessé depuis plusieurs mois. Avez-vous été contraint de la suspendre ou de l’arrêter ? Plus globalement, pouvez-vous nous en dire plus sur cette initiative ?

"Même Pas Peur" a, en fait, été créé en 2015 suite à l'attentat contre Charlie Hebdo. Nous avons, avec un éditeur ami (Cactus inébranlable), présenté à la Foire du Livre de Bruxelles 2015 un recueil de textes et dessins qui se présentait sous forme d'un journal, en hommage. La presse, très nombreuse, ne nous a pas cru lorsque nous répondions que c'était un one shot. Quelques semaines plus tard, nous avons, Jean-Philippe Querton et moi, réuni une petite équipe et nous avons décidé de prendre les journalistes et curieux de la FLB au mot et de réaliser vraiment un journal satirique belge, libre et sans ogm ! Nous avons sorti 26 numéros papier distribués en librairie, découvert et fait découvrir des dessinateurs extraordinaires, rencontré des plumes d'exception et nombre de gens fous, libres, vivants, combattants, debout ! Nous avons stopper la diffusion papier en 2018, faute de financement suffisant, mais qui sait ce que nous réserve l'avenir...

Nous allons sortir 3 nouveaux "petits jaune", les livres consacrés aux dessinateurs collaborateurs à MPP. Ils seront présentés à la Foire du livre de Bruxelles 2020 au stand du Basson ! 

 


Dans un monde où le net impose à la fois son paradygme et son tempo, une maison d’édition en connexion avec ses auteur(e)s, ses libraires et ses lecteurs évolue nécessairement. Le champ du littéraire aussi se pare de nouveaux acteurs et de nouvelles initiatives Que pensez-vous par exemple du rôle des blogueurs/ses littéraires au sein de la littérature ?

C'est probablement une très bonne chose étant donné qu'il faut bien reconnaître que les journalistes, très probablement sous la pression des propriétaires de presse, désertent peu à peu la culture et plus encore la littérature. 

D'un autre côté, le problème avec les blogueur.ses est que le risque est grand de croiser tout et n'importe quoi. On ne s'improvise pas nécessairement critique littéraire. Mais bon, le plus important est sans doute que l'on parle des livres. Et pour ça, merci !


Vous êtes présents à Mon’s livre. Au frontière de la France, ce salon est-il, selon vous, une occasion de créer une passerelle entre les éditions française et belge ?

Non, pas vraiment. Même si nous avions une auteure parisienne en dédicace ce we. Même si il nous arrive de sympathiser avec des éditeurs français lors de salons en Belgique ou en France. Même si nous adorons faire des passerelles et des rencontres, le fait que les journées ne comprennent que 24h ne nous aide pas dans ce domaine...


Le journal des blogs littéraires tente modestement de créer des passerelles entre maison d’édition, auteur(e)s, blogueurs/ses et lecteurs en France, en Belgique et même hors de l'Europe (dernièrement au Canada). Que pensez-vous de cette initiative ?  

Magnifique ! Mais j'avoue un peu honteusement que je ne sais pas exactement en quoi consiste ce travail de création de passerelle.

Merci à Etienne Vanden Dooren d'avoir pris le temps de répondre à mes questions . 

                                                                                                                   Christine P. (Au pays des books) 

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now