Sierra Macias

Je partage très souvent des photos via les rs, il existe beaucoup de photographes amateurs ou pas qui postent une photo, un instant capté, c'est une passion tout comme nous avec la littérature. Sur Facebook, j'ai croisé Sierra Macias qui partage son projet de publier un livre de photos, tel un journal en ayant recours au mode participatif "Ulule" On vous raconte tout...

  1. Bonjour, tu es photographe, participe à des expositions,  explique- nous  ce que la photo représente pour toi  ?                                                                                                                  Bonjour,hé bien à cette première question je pourrais passer des heures à répondre ! Mais pour résumer je dirais que la photographie est une façon d’appréhender le monde qui m’entoure, pour à la fois le comprendre et m’y retrouver, à la fois acteur et voyeur du coup.

       J’ai l’impression d’exister par ce que je donne à voir, la photo en cela me semble plus facile que les mots que je manie avec une  certaine circonspection, je me méfie des interprétations.

    2.Par rapport au lieu d'échange que constitue déjà l'exposition, penses-tu que le livre compléterait  plus intiment cet échange ? Bref ! Qu'espères-tu trouver dans le monde de la littérature ?

L’exposition est naturellement l’espace privilégié pour un photographe, montrer de vrais tirages (surtout en argentique) est bien sûr une satisfaction pour lui et une occasion de communiquer avec un public qui a choisi de venir voir son travail. Aujourd’hui, cependant dans un monde saturé d’images, il est parfois nécessaire d’apporter un éclairage plus complet que le simple titre ou légende. Le livre c’est aussi une façon d’élargir le partage à un public qui ne va pas forcément se sentir à l’aise dans une salle d’exposition.

Après, le journal de voyage est un style littéraire bien particulier, je ne prétends pas vraiment entrer dans le monde de la littérature ou si peu, simplement donner peut-être quelques clés pour comprendre l’orientation de mon reportage et mes choix photographiques assez éloignés des tendances actuelles, ces « jolies choses » pleines des couleurs qui occupent aujourd’hui autant les écrans que les salles d’exposition.

 

 

     3.Tu as fait appel à Ulule pour ce projet. Tu mentionnes par ailleurs que cette formule participative était un choix. Peux-tu nous expliquer ta démarche ?

Le choix du financement participatif n’est pas lié pour moi à la nécessité de récolter des fonds, en réalité je pourrais financer cette publication personnellement tout comme j’ai toujours financé mes catalogues d’exposition. Mais si le catalogue d’exposition à un rôle bien défini en tant que complément de l’exposition qu’on emporte chez soi, le journal de voyage en revanche a une existence propre.

Il ne s’agit plus seulement de montrer des photos mais de verbaliser et de partager une expérience, et là, le lecteur devient acteur, je veux dire par là qu’il faut qu’il ait envie de lire la publication, sans quoi le livre (quel qu’il soit d’ailleurs)n’a aucun sens.

Comme je l’explique sur Ulule, je n’ai aucun besoin nombriliste de publier, si le public adhère au projet, alors publier a de l’intérêt.

 

    4. En mettant la lumière sur ton livre, le journal des blogs littéraires tient encore une fois à créer une passerelle vers un projet qui fait place à la découverte, la lecture et le partage. C'est la première fois cependant que nous abordons un livre de photographies. C'est que nous pensons que l'image et l'écriture sont deux choses qui peuvent se réaliser ensemble. Quelle est ton opinion à cet égard ?

Bien sûr que l’image et l’écriture peuvent se réaliser ensemble à condition que les mots soient complémentaires de l’image et non une redondance stérile… Et j’espère que c’est le cas pour ce journal que je propose.

 

    5.Il reste moins de dix jours pour réaliser ce challenge et une certaine somme est encore attendue. Pour conclure notre entretien, je tenais donc à te laisser carte blanche afin de nous communiquer ton enthousiasme et convaincre ceux qui hésiteraient encore à soutenir ton projet.

Convaincre, ce n’est pas mon fort, je ne suis pas bon vendeur ! (Ici je mettrais un émoticône en forme de clin d’oeil si j’étais sur les réseaux)

Je dirais donc simplement que j’espère toujours que les gens sont encore capables de faire preuve de curiosité. Une somme de 25€ (c’est le prix du journal de voyage directement dans sa boite à lettre) ne me paraît pas excessive pour découvrir une publication qu’on prendra (peut-être) plaisir à feuilleter, à regarder, lire, commenter… Personnellement j’ai découvert des auteurs mais aussi des musiciens formidables en répondant à une demande de financement participatif, c’est ça qui est sympa dans le partage sur les réseaux, découvrir autre chose…

Pour participer à la concrétisation du projet de Sierra Macias c'est  par  ici 

Merci à Sierra Macias d'avoir pris le temps de répondre à mes questions .

                                                                                                                                                          Christine P. (Au pays des books) 

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now